Littérature contemporaine

La nuit passera quand même, Émilie Houssa

41JMyd0he1L._SX195_

Quatrième de couverture :

Dans la famille Bernstein, Squatsh est le deuxième des trois enfants : avant lui il y a Ludovic, après lui Marie. Ses parents se nomment Simon et Martha. Ils tiennent une boutique, La Vie moderne, située au 393, rue des Pyrénées à Paris. Outre une famille, Squatsh Bernstein a des principes, comme de s’enfermer aux toilettes pour réfléchir ou de ne jamais porter d’imprimé fleuri. Il fait de la boxe et aime la danse. Pour le reste, il possède peu de choses : un scarabée dans une boîte en carton, des livres, une solide réputation et, quelque part, nichée dans un creux, la mélancolie des gens qui se cognent au monde.

Mon humble avis :

J’avoue que je ne sais pas quoi penser de cette lecture. J’ai beaucoup aimé la première moitié, voire les deux premiers tiers du roman, ensuite j’ai beaucoup moins accroché.

C’est Squatsh, le deuxième des trois enfants de la famille Bernstein qui est le héros de ce roman, même s’il n’en est pas le narrateur. La nuit passera quand même nous narre sa vie, de son enfance à sa vie d’adulte avec tous les événements tragiques qui l’ont jalonnée. Le début du roman est parsemé de touches d’humour, notamment lors des disputes avec les voisins lorsque Squatsh s’enferme aux toilettes pour réfléchir,  qui ont malheureusement rapidement disparu, ce qui m’a un peu déstabilisée.

Squatsh est un personnage touchant, empathique mais que j’ai ressenti comme très seul. Il porte les autres, surtout les membres de sa famille, à bout de bras, il est là pour les autres mais j’ai trouvé que peu de personnes le lui rendaient, finalement.

Pour moi, c’est un roman sur la solitude. Squatsh est un homme seul, même entouré de sa famille, j’ai ressenti beaucoup de solitude chez ce personnage. Solitude par choix ou subie ? Je ne sais pas. Elle est probablement liée à son homosexualité qu’il a essayé de mettre de côté pendant une grande partie de sa vie, jusqu’à se rendre à l’évidence. D’autre part, il faut bien admettre qu’il a eu une vie difficile, de par les événements tragiques qu’il a vécus et qui ont, je pense, contribué, à sa solitude.

Squatsh a toujours été attentif aux autres et il en a fait son métier – garde du corps.

Malgré un personnage que j’ai beaucoup apprécié et une première partie de roman qui m’a accrochée, mon intérêt pour cette lecture s’est émoussé au fil de ma lecture et j’en ressors avec un avis quelque peu mitigé.

Je remercie les éditions Denoël pour ce service presse.

Titre : La nuit passera quand même
Auteur : Émilie Houssa
Éditeur : Denoël
Date de publication : 11 janvier 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s