Historique·Roman

La Cavalcade des enfants rois, Raphaël Delpard

CVT_La-cavalcade-des-enfants-rois_2374.jpg

Quatrième de couverture :

En 1941, dans la Sarthe, trois jeunes enfants, que la vie n’a pas épargnés, s’engagent dans un réseau de résistance, effectuant des missions essentielles de communication et d’information. Ces actes sont aussi, pour chacun d’eux, une quête éperdue d’amour et de reconnaissance.

Nez au vent, foulée légère, pour la toute première fois Julien goûte à la liberté. Il fuit sa vie ballottée d’une famille d’accueil à l’autre. Mais, vite repris par les gendarmes, l’orphelin est mené dans un centre d’éducation pour jeunes délinquants et vagabonds. Il trouve réconfort auprès de Tristan, un peu plus âgé et plus mûr, dont les parents, juifs, ont été déportés. Un jour, ils parviennent à s’enfuir, direction la Sarthe, que Julien connaît bien pour y avoir grandi. Là, leur destin sera lié à celui de la petite Marie, placée chez des fermiers qui la maltraitent.

Ces trois compagnons, que la vie n’a pas épargnés, vont alors s’enrôler dans un réseau de résistance…
Quel sera le prix de leur engagement ? Sacrifieront-ils leur enfance, leurs rêves au nom de leur combat ?
Un hymne à la vie et à la jeunesse.

Mon humble avis : 

Je ne connaissais pas Raphaël Delpard. Aimant beaucoup les romans se passant lors de la Seconde Guerre mondiale, je pouvais difficilement passer à côté de celui-ci. Grand bien m’en a pris car j’ai beaucoup apprécié cette lecture qui nous parle d’un épisode de la guerre que je ne connaissais pas…

L’histoire débute dans un pensionnat. L’ambiance est vraiment bien décrite et certaines scènes sont très difficiles à lire de par leur violence et leur cruauté. Comment peut-on admettre de telles choses ! Et là, on se rend compte que, alors qu’on pourrait penser que ces enfants s’apporteraient de l’entraide, certains d’entre eux n’hésitent pas à dénoncer les autres et à leur infliger des sévices pouvant aller très loin dans la cruauté. Cela est un fait connu des pensionnats mais j’espérais que la guerre aurait atténué ces comportements…

Après cette première partie, nous suivons Tristan et Julien qui sont parvenus à s’échapper de ce pensionnat et Marie qu’ils vont rencontrer par hasard. Tous les trois vont être amenés à faire partie d’un groupe de Résistants. Ce qu’ils font et le courage dont ils font preuve ne peut que forcer l’admiration du lecteur. Je les ai trouvés très touchants et émouvants. Je me suis énormément attachée à eux.

J’ai beaucoup apprécié la troisième partie qui nous narre l’après et quels adultes ces enfants sont devenus. J’avais besoin de savoir comment ils avaient pu évoluer après tout ce qu’ils ont vécu. Heureusement que Raphaël Delpard n’a pas écrit une fin ouverte qui m’aurait déçue et frustrée.

La plume de l’auteur est très agréable et réaliste. Elle m’a permis d’avoir l’impression d’être avec les personnages. C’est aussi pour cette raison que certaines scènes ont été vraiment difficiles à lire…

La Cavalcade des enfants rois est une histoire qui m’a touchée et bouleversée. Je compte bien lire d’autres roman de cet auteur.

Je remercie les éditions Presses de la cité et NetGalley pour ce service presse numérique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s