Young Adult

54 minutes, Marieke Nijkamp

41hPodz+gaL._SX312_BO1,204,203,200_

Quatrième de couverture : 

Opportunity School, Alabama. Les élèves sont réunis pour écouter leur directrice. Mais lorsque le discours s’achève, l’un d’entre eux, Tyler Browne, verrouille les portes et tire sur la foule.

Commencent alors cinquante-quatre minutes de massacre, cinquante-quatre minutes glaçantes racontées dans les messages des victimes à leurs proches et par quatre élèves, à l’intérieur et à l’extérieur de la salle. Tous ont un lien avec Tyler  : Claire, son ex-petite amie, Autumn, sa propre sœur, Sylvia, la petite amie d’Autumn et le frère de celle-ci, Thomas.

Cinquante-quatre minutes pendant lesquelles Tyler force ses otages terrorisés à l’écouter se plaindre. Il n’a jamais été aimé, ni par sa petite amie Claire, ni par son père violent et alcoolique, et encore moins par sa sœur Autumn, à laquelle il ne pardonne pas de vouloir partir à New York pour être danseuse.

Mais loin d’être une victime, Tyler est avant tout un psychopathe, qui assassine trente-neuf personnes. 

Mon humble avis :

J’ai souhaité découvrir ce livre car il me semble que le sujet est essentiel, et qu’il est important d’évoquer ces massacres de masse dans la littérature. Je me doutais donc que ce roman ne serait pas une lecture facile, mais bien au contraire une lecture éprouvante. Cependant, je ne m’attendais peut-être pas à ce que ce soit aussi violent.

En effet, la violence de la fusillade qui a lieu dans ce lycée n’épargne en aucun cas le lecteur, car Marieke Nijkamp n’est pas avare en détails, et va peut être parfois un peu trop loin dans les descriptions des scènes.

Le récit nous propose une alternance des points de vue entre différents personnages. Cependant, il faut quelque temps pour s’y habituer, car au début, j’étais quelque peu perdue et j’avais des difficultés à me souvenir de qui était qui. Mais cela participe au suspense du roman, car nous suivons des protagonistes qui sont présents dans l’auditorium où se déroule le carnage, et d’autres qui sont à l’extérieur de la salle, comme Thomas, qui va tout faire pour sauver ceux qui lui sont chers et qui sont enfermés dans cette pièce avec Tyler, qui est décidé à décimer tout le monde – dont sa soeur.  Malheureusement, j’ai trouvé certains passages un peu moins intéressants, comme lorsque l’on suit le personnage de Claire, qui suit un entraînement à l’extérieur de l’école, et ces moments m’ont quelque peu ennuyée.

Ce roman est donc une bonne lecture, mais je pense qu’il ne faut pas le mettre entre toutes les mains, car il pourrait choquer les plus jeunes.

Je remercie les éditions Hachette et NetGalley pour ce service presse.

Publicités
Young Adult

Mirror mirror, Cara Delevingne

51A1u0frD3L._SX313_BO1,204,203,200_

Quatrième de couverture :

Peut-être que je ne suis pas aussi réglo que je le croyais.
Peut-être que je suis vraiment un monstre.

Red a une mère alcoolique et un père absent.
Le frère de Leo l’entraîne sur une pente sombre et violente.
Rose se réfugie dans les bras des garçons et dans l’alcool pour noyer ses mauvais souvenirs.
Naomi fugue à la recherche d’une liberté qui lui échappe.
Ils sont seuls contre le monde… Jusqu’au jour où ils se réunissent pour former un groupe. Avec Mirror, Mirror, ils peuvent enfin être eux-mêmes.
C’est alors que Naomi disparaît. On la retrouve des semaines plus tard, au bord de la mort, dans la Tamise. La police pense à une tentative de suicide. Ses amis sont dévastés. Comment ont-ils pu ne pas remarquer qu’elle allait si mal ? Connaissaient-ils vraiment Naomi ? Se connaissent-ils vraiment ?
Bientôt, une série d’indices sème le doute. La réponse n’est peut-être pas celle que l’on croit. Sur le chemin de la vérité, Red, Leo et Rose devront affronter leurs propres peurs et leurs propres secrets. À présent, rien ne sera jamais plus pareil : nul ne peut réparer un miroir brisé.

Mon humble avis :

J’ai lu, dans certains avis, que des lecteurs reprochent à ce roman de ne pas aller assez en profondeur. Je n’ai pas trouvé. Certes l’auteure aborde beaucoup de thématiques et de problèmes liés à l’adolescence et certains sont plus approfondis que d’autres. Mais il ne m’a pas semblé que Cara Delevingne restait trop en surface. En tout cas, je ne suis restée ni sur ma faim, ni avec des questions sans réponses.

Je me suis énormément attachée aux personnages qui m’ont semblé bien fouillés. Red, probablement mon personnage préféré, se cherche et est beaucoup dans l’isolement. Leo, comme Red d’ailleurs, doit faire face à des problèmes familiaux qui pourraient avoir des incidences très importantes sur sa vie. Rose paraît très superficielle mais c’est probablement pour cacher sa vulnérabilité et le fait qu’elle est profondément blessée. Elle m’a agacée par moments parce que je n’ai pas toujours compris ses manières d’agir avec ses amis avec lesquels elle peut se montrer très désagréable sans raison valable.

Nous sommes dans une histoire très sombre et malsaine où les personnages sont malmenés. L’auteure nous parle de violence, de harcèlement, de viol, du côté dangereux et pernicieux du net, d’alcoolisme…

Le roman se lit très bien, le style est fluide et, je trouve, s’adapte bien à chaque événement. Je dois, d’ailleurs, féliciter l’auteure et la traductrice qui m’ont bluffée. Arrivée environ aux deux tiers du livre une révélation est faite sur un des personnages. Quand je l’ai lue, j’ai commencé par mettre en doute mes capacités de lectrice et à me remettre en question. Rapidement, me disant que non, que je ne pouvais pas avoir loupé cela, je suis revenue en arrière pour chercher des indices qui auraient pu me mettre sur la voie. Je n’en ai pas trouvé mais je suis loin d’avoir tout relu… Je n’ai pas souvenir d’avoir été bernée de manière si magistrale lors d’une lecture !

Vous l’aurez compris, ce roman m’a énormément plu. Je vais surveiller cette auteure.

Je remercie NetGalley et Hachette romans pour ce service presse et leur confiance.